Les principaux acteurs du marché des casinos en ligne

L’industrie des jeux de hasard sur internet –casino, poker et paris sportifs inclus, est née en l’an 2 000 suite aux investissements de plusieurs fournisseurs de renom qui ont développé les projets d’entreprises souhaitant offrir des paris sur le web. Au jour d’aujourd’hui, on peut parler d’un marché très vaste qui englobe un nombre significatif d’acteurs aux rôles et fonctions parfois diamétralement opposés. Quels sont les relations qu’entretiennent chacun de ces agents ? Peut-on parfois parler d’antagonisme ?

Les opérateurs

Les opérateurs ne sont autres que les entreprises qui offrent des jeux d’argent aux consommateurs de produits et de biens sur internet, en d’autres mots les joueurs. Il s’agit de salles de jeux de casino, de poker et de paris sportifs qui possèdent un site web, interface par laquelle ils proposent leurs offres, jeux et promotions. Si des lois strictes exigent que les opérateurs remplissent certaines conditions avant de pouvoir exercer sur internet, on constate malheureusement qu’un grand nombre d’opérateurs évoluent en toute illégalité.

Les fournisseurs

Les fournisseurs, aussi appelés éditeurs, sont les prestataires privilégiés des opérateurs. Il s’agit de sociétés spécialisées dans le développement de logiciels et de jeux de casino. Si certains opérateurs développent eux-mêmes leurs divertissements, c’est loin d’être le cas de tous. Dans la plupart des cas, les casinos en ligne fonctionnent grâce à un programme qui a été édité au préalable par le fournisseur. Il en est de même pour les jeux que vous trouvez sur les vitrines des opérateurs. Les fournisseurs touchent généralement une commission sur les revenus mensuels des opérateurs du fait de leur active contribution bien que les responsables de casinos en ligne soient également dans l’obligation de leur verser des honoraires pour la réalisation de leurs différentes prestations.

Les joueurs

Les joueurs représentent la seule et unique clientèle des opérateurs –et à une échelle plus large des fournisseurs. Les internautes sont habitués à consommer des produits numériques sur la toile et ils sont de plus en plus nombreux à tenter leur chance sur les casinos en ligne. Sans les joueurs, l’équilibre du marché iGaming serait évidemment fortement menacé. A noter que les opérateurs ciblent de plus en plus une clientèle internationale et multilingue, notamment les groupes les plus grands.

Les régulateurs

Afin de pouvoir offrir leurs services légalement sur le web, les opérateurs doivent bénéficier d’une licence d’exploitation ou d’une autre forme officielle d’agrément. Les régulateurs, ou commissions de régulation, sont les seuls organismes habiletés à distribuer des agréments aux opérateurs. Si certains régulateurs sont basés dans des destinations parfois très exotiques (Malte, Gibraltar, île de Man), les commissions régulatrices les plus importantes sont la création de gouvernements majeurs : ainsi, le gouvernement italien a fondé récemment l’AAMS, celui français a quant à lui mis en place l’ARJEL.

Les gouvernements

Cependant, les régulateurs ne sont pas toujours bien vus par les gouvernements, qui sont les seuls à juger du caractère légal de l’offre de certains opérateurs. Ainsi, au regard du gouvernement français, seuls les opérateurs disposant d’une licence délivrée par l’ARJEL sont considérés comme légaux. Ces distinctions posent le problème de l’inadéquation des lois européennes avec les droits et textes nationaux.

Les institutions continentales

Les institutions continentales ont parfois leur mot à dire dans l’établissement de lois et principes visant à garantir des conditions semblables aux différents gouvernements autorisant les jeux d’argent en ligne. La Commission Européenne est attendue au tournant, elle qui pourrait prochainement instaurer un régime des jeux d’argent en ligne européen unique. Il fait dire qu’à l’heure actuelle, ce sont les gouvernements qui prennent la décision de créer leurs propres structures et décident des conditions d’éligibilité des opérateurs.